Accueil du site Armorstat
Armorstat / Atlas / Démographie - actifs occupés / Lamballe Terre et Mer

  Viadeo Partager

Actifs occupés à Lamballe Terre et Mer
Dernière mise en ligne : Février 2017

En 2013, Lamballe Terre et Mer comptait 27 222 actifs ayant un emploi, représentant 92 % de la population active totale (Côtes d’Armor et Bretagne : 89 % et France métropolitaine : 87 %). Elle regroupe 12 % de la population active occupée des Côtes d’Armor (4ème des 8 Epci costarmoricains) et 2,1 % de celle de la Bretagne (12ème place des 59 Epci bretons derrière Saint-Malo Agglomération et devant Guingamp-Paimpol Armor-Argoat Agglomération).

Depuis 2008, les actifs occupés ont progressé (+1 027, + 3,9 %) plus favorablement qu’en Bretagne et qu’en France métropolitaine (+ 1,3 % et +0,8 %) alors qu’ils diminuent dans les Côtes d’Armor (-0,1 %).

Sur cette période, la progression des actifs de 15 ans ou plus et de la population totale de cette tranche d’âge a été, dans tous les territoires, beaucoup plus forte, avec pour la majorité d’entre eux une croissance plus élevée des actifs totaux que celle de la population totale ; + 6,1 % contre + 5,1 % pour Lamballe Terre et Mer. Le rythme est identique en Bretagne mais différent en Côtes d’Armor avec une progression un peu plus faible du total des actifs (+ 2,5 % contre + 2,6 %).

Le taux d’activité de Lamballe Terre et Mer en 2013 (55,4 %) a donc légèrement progressé avec un écart qui se creuse avec le taux départemental (52,5 %) mais qui s’amenuise avec ceux de la région (55,6 %) et de la France métropolitaine (57,4 %).

Au plan régional, 34 Epci (sur 59) ont également gagné des actifs ayant un emploi, dont 9 seulement plus de 1 000 personnes. La communauté se positionne à la 18ème place pour le taux de croissance des actifs occupés (derrière Leff Armor Communauté et devant la CDC Au Pays de la Roche Aux Fées). Par contre, elle est bien positionnée pour le gain en nombre (9ème rang derrière Dinan Agglomération et devant Centre Morbihan Communauté).

Evolutions comparées des actifs occupés entre 1968 et 2013

  Côtes d'Armor   Bretagne   France   Lamballe Terre et Mer

Sur la période 1968-2013, si la croissance du nombre d’actifs ayant un emploi, à l’image de celle de sa population totale, a été sensible dans le territoire communautaire (+ 22 %), elle est restée en deçà de celles de la Bretagne (+ 32 %) et de la France métropolitaine (+ 31 %), mais supérieure à celle des Côtes d’Armor ( +13 %).

Dans les Côtes d’Armor, de 1968 à 1999, l’évolution des actifs occupés était plus faible qu’en moyenne départementale et positionnait le groupement à la 4ème place des 8 Epci. Depuis, elle est plus favorable mais reste inférieure à celles de Saint-Brieuc Armor Agglomération et de Leff Armor Communauté.

Actifs occupés au lieu de résidence 2013 et évolution depuis 2008

Carte des actifs occupés

A l’image de la population, l’évolution des actifs ayant un emploi depuis 2008 met également en évidence une disparité des situations au sein du groupement.

Une seule commune (sur 40) a un nombre d’actifs occupés supérieur à 5 000. Lamballe (5 370) qui concentre 20 % de la population active du territoire. 4 communes ont un effectif compris entre 1 000 et 2 000 actifs (Quessoy, Pléneuf-Val-André, Erquy et Jugon-les-lacs Commune nouvelle), et regroupent 19 % des actifs occupés.

Carte d'évolution des actifs occupés La croissance des actifs occupés bénéficie plus aux communes situées en périphérie de Lamballe. Sur les 31 communes concernées par une hausse, 22 ont une progression supérieure à la moyenne du groupement, avec des taux supérieurs à + 21 % pour La Malhoure et Moncontour. Les gains les plus importants, en nombre, concernent Quessoy (+ 165), Planguenoual (+ 141) et Jugon-les-Lacs Commune nouvelle (+ 90).

Les baisses touchent 9 communes localisées plutôt dans le sud du territoire. Si Lanrelas et Andel ont les taux de décroissance les plus forts (> - 5%), elles ont également les pertes d’actifs ayant un emploi les plus importantes (- 22 et - 31) derrière Erquy (- 38).

Le taux d'emploi en 2013 et son évolution depuis 2008

Le taux d'emploi révèle l’aptitude d’une économie à utiliser les ressources dont elle dispose en main-d’œuvre.
Selon la Datar, « l’élévation du taux d’emploi, toutes choses égales par ailleurs, accroît la production de richesse par habitant et favorise l’inclusion sociale des populations. Il est soumis aux fluctuations du cycle économique, mais aussi, à plus long terme, influencé par les politiques publiques en matière d'enseignement supérieur et de garantie de ressources, ainsi que par les mesures qui facilitent l'emploi des femmes et des catégories défavorisées.
En 2013, le taux d’emploi du groupement est relativement élevé (50,7 %) en comparaison des moyennes départementale (46,6 %), régionale (49,3 %) et nationale (50,3 %). Si l’on s’intéresse à la population active en âge de travailler (15 à 64 ans), l’écart entre le groupement et les autres moyennes est encore plus important (69,0 % contre 64,1 % en Côtes d’Armor, 64,4 % en Bretagne et 63,7 % en France métropolitaine).

Le taux d’emploi a progressé entre 1999 et 2008 dans les territoires, la tendance s’est inversée depuis. Avec une baisse de 0,6 point, Lamballe Terre et Mer perd moins qu’ailleurs (Côtes d’Armor : -1,3 pt, Bretagne : -1,1 pt et France métropolitaine : -0,8 pt).

Pour la tranche des 15 à 64 ans, le taux, par contre, progresse (+ 0,3 pt) alors qu’il diminue dans les autres territoires. Dans cette classe d’âge, la population totale a progressée depuis 2008 mais moins vite que le nombre d’actifs occupés et encore moins que le nombre total d’actifs (qui augmente en raison d’une forte croissance des chômeurs, + 36 % contre + 29 % en Côtes d’Armor).
Carte du taux d'emploi des actif occupés

Au sein de l’espace communautaire, les taux d’emploi divergent fortement selon les territoires.

Ainsi les plus faibles taux (< 50 % dans 9 communes) sont plutôt situés en bordure littorale et dans le sud du groupement. Erquy, Pléneuf-Val-André et Moncontour ont des taux inférieurs à 37 % devant Eréac (44 %).

Dans 31 communes, l’indicateur est supérieur à 50 %. Les valeurs les plus élevées sont par contre localisées dans les communes en périphérie de Lamballe. La Malhoure, St-Trimoël, Landéhen, Quintenic et Coëtmieux ont des taux supérieurs à 62 %.

Carte d'évolution du taux d'emploi des actif occupés Entre 2008 et 2013, l’évolution est inégale selon les territoires.

24 communes (principalement les pôles urbains et leurs périphéries ainsi que le littoral) ont enregistré une détérioration de cet indicateur. La perte a été comprise entre 3 et 6 points pour Coëtmieux, Tramain, St-Rieul et Andel.

Pour 16 communes disséminées sur le territoire, l’évolution a été favorable. Les gains ont été particulièrement importants, supérieurs à +4 points, pour Moncontour, Quintenic et Rouillac.
Les actifs occupés ou actifs ayant un emploi sont comptés à leur lieu de résidence.
Actifs de 15 ans ou plus ou population active totale de 15 ans ou plus : population active ayant un emploi + chômeurs.
Taux d’activité : Personnes économiquement actives (Actifs occupés et chômeurs) en pourcentage de la population du même groupe d'âge ou actifs de 15 ans ou plus rapporté à la population totale de 15 ans ou plus. Il permet de mesurer la part des individus qui travaillent ou non en lien avec le marché du travail.
Taux d’emploi : Actifs ayant un emploi de 15 ans ou plus rapporté à la population totale de 15 ans ou plus ou rapport entre la population occupée et la population économiquement active (qui est en condition de faire partie du marché du travail). Il reflète la capacité d'une économie à utiliser ses ressources en main-d’œuvre.

 

Lettres d'information | Contacts | A propos | Aide

Logo CAD