Accueil du site Armorstat
Armorstat / Atlas / Démographie - soldes naturels et migratoires / CDC du Kreiz-Breizh

  Viadeo Partager

Soldes naturels et migratoires de la CDC du Kreiz-Breizh
Dernière mise en ligne : Janvier 2018

En 2015, la communauté de communes du Kreiz-Breizh comptait 544 habitants de moins qu’en 2010. Cette baisse est due à celle du solde naturel ( -799) non compensée par l’excédent migratoire (+ 255).

Le taux de variation annuel du au solde migratoire du territoire est inférieur aux moyennes départementale et régionale mais supérieure à celle de la France métropolitaine. Par contre la diminution du taux du au solde naturel est plus élevée qu’en Côtes d’Armor, la Bretagne et la France métropolitaine bénéficiant d’évolutions positives.

Au niveau régional, 27 EPCI ont un solde naturel déficitaire, la CDC du Kreiz-Breizh fait partie de ceux qui ont les déficits les plus important derrière Douarnenez Communauté et devant Morlaix Communauté. Elle se situe, pour ce solde au 52ème rang au niveau régional, mais au 57èmepour le taux annuel de variation.

Pour l’apport migratoire, elle occupe le 49ème rang derrière Montfort Communauté et devant Monts d'Arrée Communauté, mais pour le taux annuel de variation, elle est mieux positionnée (41ème place).

Soldes naturels et migratoires entre 1968 et 2015

  Côtes d'Armor   Bretagne   France   CDC du Kreiz-Breizh


Source : Insee RP 1968-2015

Sur la période 1968-2015, le solde naturel a été négatif sur toutes les périodes intercensitaires. Toutefois, après s’être dégradé jusqu’en 2010, le déficit semble se réduire. Le solde, - 7 030 personnes en 47 ans le place devant Lannion-Trégor Communauté mais derrière Loudéac Communauté – Bretagne Centre.

L’évolution du bilan migratoire a été contrastée. Le déficit sur la période 1968-1999 a été de 1 320 personnes. Depuis, la communauté bénéficie d’un solde positif mais qui n’a pas permis de compenser le déficit migratoire précédent. Le solde en 47 ans s’est élevé à - 400 personnes.

La comparaison des deux dernières périodes de recensement montre un fléchissement du dynamisme démographique. Les taux de variation annuel moyen dus aux soldes naturel et migratoire diminuent dans cette communauté de communes ainsi que dans les Côtes d’Armor et en Bretagne. Le repli a été particulièrement important pour la variation annuelle du au solde naturel (- 0,10 point contre - 0,08 au niveau régional et - 0,11 pour les Côtes d’Armor), la France métropolitaine se distinguant par une stabilité (- 0,02 point).

Typologie de l'évolution de la population entre 2010 et 2015

Typologie de l'évolution de la population municipale

Au sein du territoire, 9 communes voient leur population progresser alors que 14 perdent des habitants.

La croissance démographique est soutenue, cumul de soldes naturel et migratoire positifs, pour 2 communes (Saint-Gilles-Pligeaux et Peumerit-Quintin). Pour les 7 autres communes, c’est uniquement l’excédent migratoire (bilan naturel négatif) qui permet une progression de la population.

Sur les 14 communes qui perdent de la population, 5 d’entre elles sont marquées par une diminution généralisée (déficits naturels et migratoires) alors que pour 8 autres, la baisse est due au déficit naturel non compensé par l’excédent migratoire. Enfin, une seule commune, Sainte-Tréphine, se distingue par une diminution due à un déficit par émigration.

 

 


Définition : Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période Le solde migratoire apparent est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire donné et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours d'une période considérée. Il est obtenu par différence entre la variation totale de la population et le solde naturel. Ce concept est indépendant de la nationalité.

 

Lettres d'information | Contacts | A propos | Aide

Logo CAD