Atlas des Côtes d'Armor

> Habitat & Logements

Mise à jour : 07/2017

Navigation page : Caractéristiques parc logements, Résidences secondaires, Vacance logements, Propriétaires occupants, Copropriétés, Transactions immobilières, Marché immobilier, Marché terrains à bâtir
Retour navigation Atlas > Lien
Voir aussi la Conjoncture économique et sociale du département et des EPCI des Côtes d'Armor > Lien

 

Le parc de résidences principales représente plus des 3/4 des logements

En 2013, les Côtes d'Armor comptaient 364 601 logements, volume en progression de 5% par rapport à 2009 (Bretagne : +7%). Les résidences principales représentent plus des 3/4 de l'ensemble du parc de logements, volume en progression de 4%. Les résidences secondaires (14,8% du parc) progressent à un rythme comparable (+3%). La proportion de logements vacants (pratiquement 10%) est supérieure à la vacance qualifiée de "raisonnable", fixée généralement entre 6 et 7% (Bretagne : 8%), et progresse deux fois plus vite que l'ensemble du parc de logements.

PARC DE LOGEMENTS
Volume en 2013
Part en 2013
Evolution 2009-2013
Résidences principales
275 508
75,8 %
+ 4 %
Résidences secondaires
53 784
14,8 %
+ 3 %
Logements vacants
34 232
9,4 %
+ 10 %
Total
364 601
100 %
+ 5 %

       

Haut page

       

Haut page

        

Haut page

Une part très significative des résidences secondaires

En 2013, les Côtes d’Armor comptaient 53 784 résidences secondaires (Source FILOCOM). Leur poids dans le parc de logement dépasse les 20% dans la plupart des communes littorales et atteint même plus de 30% sur certaines stations touristiques littorales (Erquy, Saint-Cast-le-Guildo, Perros-Guirec...). Il est également plus important dans les communes du quart sud-ouest des Côtes d'Armor (Kreiz Breizh), secteur privilégié d'installation et d'implantation des Britanniques dans le département.

Carte > Poids des résidences secondaires dans l'ensemble des logements communes Côtes d'Armor

 

     

Haut page

La vacance conjoncturelle et structurelle en Côtes d'Armor

En 2013, si le taux de vacance structurelle des logements dans le département (45%) était inférieur à la vacance conjoncturelle (55%), elle a toutefois fortement progressé sur la période 2009-2013. Cette tendance d'évolution du parc de logements en Côtes d'Armor, préoccupante car grandissante, est inadaptée à la demande des ménages compliquant ainsi leur parcours résidentiel.

Définition : La vacance conjoncturelle est la vacance de courte durée (moins de trois ans). Cette vacance, qualifiée d’incompressible, signifie qu’un minimum de vacance est nécessaire pour permettre à la fois la fluidité des parcours résidentiels et l’entretien du parc de logements. La vacance structurelle (plus de trois ans). Il s’agit des logements mis sur le marché mais inadaptés à la demande, soit des logements qui ne sont plus proposés sur le marché.

       

 

Le taux de vacance moyen du parc de logements départemental (9,3%) cache de fortes disparités selon les territoires. Inférieur à 6% dans les communes périphériques des principales villes du département (Saint-Brieuc, Dinan, Guingamp, Lannion...) ou dans les communes littorales de la Côte-de-Penthièvre, il est, à l'inverse, supérieur à 7% dans les villes-centre et dépasse 10% dans la plupart des communes situées au sud de la RN12, territoire principalement rural.

Carte > Evolution des logements vacants communes Côtes d'Armor

Carte > Taux de vacance communes Côtes d'Armor

Haut page

Une très large majorité de propriétaires occupants

Les ménages propriétaires de leur logement représentent 70,7% du parc résidentiel (+4% entre 2009 et 2013), loin devant les locataires du parc privé (19,7%) en progression de 6%. La proportion d'occupants de logements sociaux (6,5% du total) tend à se stabiliser. A noter que 3 ménages sur 5 en Côtes d'Armor répondent aux critères d'accès à un logement social (Sources : FILOCOM, ADIL 22).

OCCUPATION DU PARC DE LOGEMENTS
Volume en 2013
Part en 2013
Evolution 2009-2013
Propriétaires occupants
194 758
70,7 %
+ 4 %
Locataires du parc privé
54 345
19,7 %
+ 6 %
Locataires du parc social
18 023
6,5 %
+ 0,4 %

       

Haut page

21 576 logements en copropriétés en Côtes d'Armor

Cette catégorie représente 8% de l'ensemble du parc résidentiel du département. Près de la moitié des copropriétés comprennent 10 à 49 logements. L'autre moitié est répartie à parts relativement égales entre petites et grandes copropriétés.

 

Haut page

7 541 transactions immobilières en Côtes d'Armor en 2014

Le marché des ventes de bâtis et terrains à bâtir 2014 est en recul de 7% par rapport à 2013. 66% des transactions concernent les maisons anciennes, devançant largement les terrains à bâtir (18,6%) et les appartements anciens (10,3%). 25 transactions seulement ont concerné les appartements en VEFA en 2014 (Sources : DVF, ADIL 22).

Définition : Acheter sur plan, c’est se porter acquéreur d’un logement qui n’est pas encore construit ou dont la construction n’est pas terminée. On parle juridiquement de « vente en l’état futur d’achèvement » ou de VEFA.

 

Haut page

Le marché immobilier en Côtes d'Armor

Les biens dont le prix de vente médian est le plus élevé sont les appartements en VEFA (achat sur plan) : 3 228 € le m², valeur en augmentation de 13% entre 2013 et 2014. Sur la même période, le coût médian au m² des maisons anciennes a reculé de 4% et s'est stabilisé en ce qui concerne les appartements anciens (Sources : DVF, ADIL 22) . Le prix médian au m² des maisons en VEFA (1 892 € en 2013) est bien plus élevé que celui des maisons anciennes (1 340 € en 2014).

MARCHE IMMOBILIER EN COTES D'ARMOR
Prix médian au m² en 2014
Evolution 2013-2014
Maisons anciennes
1 340 €
- 4 %
Maisons en VEFA
NC
NC
Appartements anciens
1 600 €
+ 0 %
Appartements en VEFA
3 228 €
+ 13 %

Haut page

Le marché des terrains à bâtir en Côtes d'Armor

Le prix de vente médian des terrains à bâtir en Côtes d'Armor a progressé entre 2013 et 2014 (+4%) alors que la surface médiane des terrains à bâtir s'est réduite. Elle était de 650 m² en 2014, superficie en baisse de 9% par rapport à 2013 (Sources : DVF, ADIL 22).

MARCHE DES TERRAINS A BATIR EN COTES D'ARMOR
Indicateurs 2014
Evolution 2013-2014
Prix de vente des terrains
40 000 €
+ 4 %
Surface médiane des terrains
650 m²
- 9 %

 

Navigation page : Caractéristiques parc logements, Résidences secondaires, Vacance logements, Propriétaires occupants, Copropriétés, Transactions immobilières, Marché immobilier, Marché terrains à bâtir
Retour navigation Atlas > Lien
Voir aussi la Conjoncture économique et sociale du département et des EPCI des Côtes d'Armor > Lien

Haut page